L’innovation : un élément indispensable de l’ADN de Mutlog !

Mutlog a toujours eu dans son ADN l’innovation. Cette volonté d’innover a toujours été visible dans les offres d’assurance emprunteur proposées par la mutuelle et a été récompensée par plusieurs trophées.

Les actions innovantes de Mutlog ne datent pas d’aujourd’hui. En effet, dès 1986, la mutuelle a intégré dans ses offres d’assurance emprunteur la garantie chômage pour permettre le remboursement du crédit en cas de perte d’emploi de l’emprunteur. A cette époque, peu d’acteurs proposaient la garantie chômage dans leurs offres. De plus, Mutlog a été la première mutuelle à couvrir la rupture conventionnelle dans son assurance perte d’emploi.

Mutlog a été récompensée par plusieurs trophées pour ses différentes innovations. En 2011, la mutuelle a remporté le Trophée de Bronze des Trophées de l’Assurance dans la catégorie Innovation Citoyenne pour son contrat d’assurance emprunteur Altus.

En 2016, Mutlog a reçu de la part de Profideo (société spécialisée en intelligence marketing dans le secteur de la banque et de l’assurance), un label d’innovation pour le contrat Altus Evolution.

En effet, ce contrat fait bénéficier les emprunteurs souscrivant aux offres ALTUS EVOLUTION et MATMUT ALTUS EVOLUTION d’une exonération de cotisations de 12 mois en cas de première naissance ou d’adoption. Les deux contrats disposent ainsi d’un fonds d’entraide incluant cette « garantie solidaire » qui s’applique lors de la survenance d’un événement familial perturbant l’équilibre budgétaire.

L’innovation fait partie de l’ADN de Mutlog.

L’objectif de la mutuelle est d’adapter son offre en fonction des évolutions réglementaires et sociétales, ce qui permet de proposer aux assurés des garanties plus fiables et efficaces. Etre efficace et performant sont les deux objectifs de Mutlog et sont réalisables grâce à son expertise et expérience métier sur le domaine de l’assurance emprunteur.

Mutlog et l’ACMIL à l’origine d’un projet de résidence bi-générationnelle

Mutlog et l’ACMIL sont à l’origine d’un projet innovant : la résidence « A.I.M.E.R » (Aînés, Infirmiers, Médecins, Etudiants, Résidence). La 1ère pierre de cette résidence a été posée le 14 septembre dernier, pour une location effective prévue en septembre 2017. Nous allons vous présenter les spécificités de ce projet de résidence bi-générationnelle.


La résidence « A.I.M.E.R » répond à un besoin qui fait suite à deux constats :

• Les personnes âgées présentant un début de pathologie sont confrontées à la problématique de l’isolement. Elles veulent éviter un isolement trop important tout en ayant un logement qui répond à certains critères : financièrement accessible, moderne et sécurisé.
• Les étudiants en profession de santé comme tous les étudiants sont confrontés à la difficulté de trouver un logement à un loyer raisonnable. Grâce au projet résidence « A.I.M.E.R », les étudiants en santé résolvent ce problème de logement, tout en complétant leur formation universitaire en assistant médicalement les personnes âgées.

Ce projet de résidence « A.I.M.E.R » est donc un moyen de renforcer le lien social entre différentes générations ce qui est une problématique essentielle de notre société contemporaine ; en faisant cohabiter sous le même toit des personnes en début de maladies cognitives et des étudiants médecins, pharmaciens, infirmiers, kinésithérapeutes, ergothérapeutes…pour retarder au maximum l’aggravation de la maladie.

Mutlog et l’ACMIL à l’origine du projet tiennent à remercier l’ensemble des soutiens et partenaires qui ont permis à la résidence « A.I.M.E.R » de voir le jour :
• La ville de Limoges
• ALIANCE TERRITOIRES-ACTION LOGEMENT
• La MUTUALITE FRANÇAISE LIMOUSINE
• DOM’AULIM
• La Fondation LEGRAND,
• Le cabinet d’architecte Philippe ROCHE
• Le Professeur Thierry DANTOINE – titulaire de la chaire de gériatrie à la Faculté – et le Docteur Stéphane MEYER – spécialiste de la maladie d’Alzheimer
• La CARSAT
• La CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS
• La FONDATION BTP+
• LIMOGES METROPOLE
• MUTEX.

Renforcer la solidarité entre les générations fait partie des valeurs partagées par l’ACMIL et MUTLOG d’où la création de cette résidence bi-générationnelle.

La Loi Hamon renforcée par un amendement pour résilier plus facilement ?

Le cadre législatif de l’assurance emprunteur a évolué ces dernières années. Après la loi Lagarde qui permettait à l’assuré de choisir librement son assurance de prêt lors de la souscription du crédit, la loi Hamon permet de résilier et de changer d’assurance de prêt plus facilement, et elle devrait être renforcée par le projet de loi Sapin 2 pour permettre de résilier sans équivoque son assurance emprunteur au bout d’un an. Nous faisons le point sur les dernières évolutions législatives.

Loi Hamon : pour résilier et changer plus facilement

Depuis le 26 juillet 2014 et l’entrée en application de la loi Hamon, les assurés ont la possibilité de changer d’assurance de prêt à tout moment. Cette disposition s’applique sans frais ni pénalités, pendant les 12 mois qui suivent la signature de l’offre de prêt.

De plus, au-delà de cette première année, le particulier ou le professionnel a le droit de résilier annuellement son contrat d’assurance emprunteur mais uniquement si l’organisme prêteur, c’est-à-dire la banque, l’a prévu et en a fixé les modalités dans son contrat de prêt.

L’incertitude de cette loi est qu’elle laissait une interrogation sur les conditions de résiliation au-delà d’un an sous conditions d’équivalences de garanties entre le contrat de la banque et de l’assurance emprunteur à laquelle l’assuré veut souscrire. Ce qui avait donné lieu à un contentieux devant les tribunaux, soldé par le rejet de la résiliation annuelle par la Cour de cassation en mars dernier. De ce fait, le législateur a décidé de renforcer la loi Hamon dans l’intérêt de l’assuré.

Un amendement pour renforcer la loi Hamon

Dans le projet de loi Sapin 2, un amendement à l’article 29 bis B visant à inscrire sans équivoque le droit de résilier annuellement l’assurance emprunteur, au même titre que n’importe quel autre contrat d’assurance non vie a été ajouté. Il est prévu d’introduire dans le code de la consommation l’alinéa suivant : « Au-delà de la période de 12 mois (…) l’emprunteur peut résilier le contrat tous les ans tel que mentionné dans l’article L. 113-12 du code des assurances ou au 2e alinéa de l’article L. 221-10 du code de la mutualité (…) ». En clair, au-delà d’un an, l’assuré pourra résilier son contrat d’assurance emprunteur.

Les députés ont adopté cet amendement pour faciliter la résiliation de l’assurance emprunteur. Avec cet amendement, les députés veulent permettre le libre choix du consommateur. Il ne reste plus qu’à attendre la suite de la procédure législative dans les prochaines semaines avec le passage devant le Sénat.